L’intérêt du moment

manipulations interne
Marche à Alger en janvier 2011. New Press

Par Bachir Medjahed – L’Algérie a-t-elle préparé son environnement interne à faire ou même à vouloir faire le saut vers la démocratie ?

Bien avant le «printemps arabe», nos hommes politiques affirmaient que les manifestations d’Octobre 1988 étaient le résultat de manipulations qui impliquaient la main étrangère. Plus tard, ils y avaient vu une manipulation à l’intérieur du système. Après le «printemps arabe», les mêmes hommes politiques disaient qu’il s’agissait d’une révolution menée par le peuple et que, par conséquent, celui-ci ne voulait pas bouger car il avait eu la sienne. Les explications sont indexées à l’intérêt politique du moment.

Devrons-nous donc à chaque fois, à de tels moments importants, revenir sur le passé pour montrer les contradictions et pour, également, montrer que nos hommes politiques ont une seule conviction, que l’intérêt du moment est prioritaire ?

De la loi sur la rahma suivie de la concorde civile à la réconciliation nationale, les pouvoirs successifs ont évolué sur la même ligne directrice stratégique, à savoir offrir la «paix» ou poursuivre la «guerre». Le souhait était que ne survienne pas la situation où le pire serait de changer de stratégie au pire moment. Tant que le pouvoir possède l’initiative, il demeure maître du terrain.

Le pouvoir peut-il posséder l’initiative si les populations n’y croient plus ? L’initiative est politique et non économique car, de plus en plus, la «société» politise même les conflits sociaux. Mais plus il apparaît que c’est le désert en matière de politique économique et que celle-ci se résume à des mesures, plus il est conféré le caractère politique à toute perception d’une quelconque perturbation.

B. M.

Comment (8)

    karimdz
    29 décembre 2018 - 22 h 37 min

    La priorité du moment ce n est pas la démocratie, tout d abord parce que nous n y sommes pas préparés, le peuple algérien n a pas de culture démocratique, la démocratie ne se décrete pas d un cliquement de doigts. L alternative politique oui sans aucun doute.

    La démocratie est en crise en occident c ‘est dire et puis voyons ce que cela a donné du coté de nos voisins, c est l échec total ! Au contraire, les extrémismes ont eu le dessus.

    La priorité, c est notre indépendance économique, la justice sociale, le développement de notre pays etc.

    13
    6
    Djeha Dz.
    29 décembre 2018 - 9 h 43 min

    Connaissant notre système, et ses goûts prononcés pour le pouvoir absolu, la récupération et l’instrumentalisation des événements et plus que nécessaire. Je dirai même, vitale.
    La démocratie, vous dites .
    – Mais c’est une hérésie, un concept qui n’appartient pas à nos traditions ni culture. Ceux qui la réclament, sont des agitateurs. Ils sont au service de l’étranger.
    – Et le zaïm alors ?
    Père suprême de la nation et du peuple, détenteur de savoir et de pouvoir.
    Mieux que la démocratie, une planche à billets travaillera nuit et jour pour renforcer le pouvoir et acheter la paix sociale. Jusqu’à quand ?

     »Gare à la colère d’un homme patient  » dit le proverbe. Et quand c’est tout un peuple ?

    6
    4
    Zaatar
    29 décembre 2018 - 8 h 51 min

    L’interet du moment se questionne notre ami Bachir Medjahed. Cher ami la reponse a votre interogation se trouve sur le fil d’a cote rubrique actualite. « La France qui a sabote l’arabisation par le tamazight ». Voyez le nombre d’interventions de nos « compatriotes » et surtout les contenus des interventions, a lire absolument, et vous comprendrez pourquoi en fait il n y aura jamais d’interet du moment. Vous comprendrez egalement que la solution a ce pays passe par un chaos. Formater pour tout reinstaller avec l’espoir d’avoir mis les bons logiciels.

    8
    10
      anonyme
      29 décembre 2018 - 22 h 44 min

      bhl zaatar la lybie n est pas l algérie

      11
      3
        Zaatar
        30 décembre 2018 - 7 h 58 min

        Oui l’algerie n’est pas la libye effectivement, mais a chacun sa revolution. De toutes les manieres c’est un passage oblige. Vous ne voulez pas le voir ainsi car cela vous fait peur. Mais lorsque le peuple aura decide a l’image de ce que font les gilets jaunes en france, allez y l’arreter. Et vu l’egoisme de l’homme, le systeme en place ne remettra jamais le pouvoir au peuple. Resolvez cette equation et dites moi la valeur de la variable.

        6
        10
          Zaatar
          31 décembre 2018 - 5 h 36 min

          Il y a bien une différence entre donner un avis, une opinion, ou sa vision de la chose et souhaiter quelque chose. À moins qu’on ne sache rien du vocabulaire français, on distingue très bien l’art de la déformation des propos des autres. Voir à sa façon l’évolution d’une situation ne signifie nullement son souhait. On peut souhaiter le meilleur sachant que c’est le pire qui est à venir. Dans ce cas on est des trompeurs. On peut souhaiter le meilleur ne sachant pas ce qui va venir alors on est juste optimiste. Et d’un autre côté on peut être honnête et dire juste sa pensée, ce qui ne semble pas plaire aux autres.

        karimdz
        30 décembre 2018 - 10 h 27 min

        Anonyme, ton commentaire est pertinent, on se demande bien si cet individu qui fait l éloge d’un colononel francais aux idées bien populistes et qui souhaite le chaos en Algérie, est algérien.

        9
        2
          anonyme
          31 décembre 2018 - 22 h 52 min

          Ceux qui vont pousser au chaos c’est cette oligarchie qui ne veut pas quitter soni kourssi, nous n’allons pas rester éternellement spectateurs sans rien faire
          Qu’ils dégagent voilà 20 ans qu’ils sucent le pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.